Vente d’un appartement à Illkirch-Graffenstaden en viager : est-ce possible ?

Partager sur :
Vente d’un appartement à Illkirch-Graffenstaden en viager : est-ce possible ?

Il est effectivement possible de vendre son appartement en viager. Avant d’entamer la démarche, comprenez le mode de fonctionnement du viager et les avantages que vous pouvez en tirer. 

La vente en viager, c’est quoi ?

La vente en viager consiste à transférer la propriété d’un bien à un tiers. En compensation, le vendeur perçoit le prix de vente sous forme de plusieurs rentes mensuelles jusqu’à sa mort. Si vous souhaitez procéder à la vente de votre appartement à Illkirch-Graffenstaden en viager, il est conseillé de contacter un agent immobilier pour bénéficier de conseils. 

Quels sont les avantages de la vente en viager ?

La vente en viager procure de nombreux avantages au vendeur :

  • A la signature de l’acte de vente, il perçoit une certaine somme en guise d’acompte.
  • Tous les mois, il perçoit une rente ce qui lui fait un revenu supplémentaire pour vivre confortablement.
  • Le versement des rentes continue jusqu’à sa mort ce qui lui assure une rentrée d’argent stable et régulier jusqu’à la fin de sa vie. 
  • Il peut continuer d’occuper le bien s’il le souhaite.
  • Il peut, en fonction des clauses du contrat, conserver l’usufruit du logement ou le céder à l’acheteur. 

Comment vendre en viager ?

Pour que la vente en viager puisse avoir lieu, l’aléa concernant la « longévité du vendeur » doit exister. Autrement dit, si le vendeur se sait condamner à cause d’une maladie, par exemple, et qu’il lui reste quelques jours ou semaines à vivre, la vente sera nulle. 

Ce concept repose sur le hasard et il faut être conscient du risque pour s’y aventurer. Pour cause :

  • Si le vendeur vit plus longtemps, l’acheteur achètera le bien plus cher que son prix réel puisqu’il doit continuer de verser la rente tant que le propriétaire est en vie.
  • Si le vendeur meurt plus tôt, l’acheteur en sort gagnant parce que le paiement s’arrête aussitôt que le vendeur décède. Il acquiert le bien moins cher que son prix réel.